FUNKY JUNCTION

Forum sur la DEEP PURPLE FAMILY et la THIN LIZZY FAMILY
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
on est la juste pour parler musique....et c'est tout...
Période estivale, le forum se la coule douce il a raison.. un peu de repos, l'équipe du FJF vous souhaite de bonnes vacances... pour ma part je serais heureux de vous retrouver en septembre...Ted

Partagez | 
 

 Glenn HUGHES ''From now on'' 1994

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
FRANCK
Invité



MessageSujet: Glenn HUGHES ''From now on'' 1994   Sam 27 Sep - 15:29

Glenn HUGHES « From now on » 1994

En 94, Hughes ressort de l'enfer, et nous livre son premier album solo depuis le très stevie Wonder,  ''Play me out'' en 77. Entre temps, on dira que le temps de cette période de sa vie est partie en fumée (smoke), si j'ose dire : 2 allusions pour les profanes, à sa carrière dans Deep Purple, et à la drogue.

L'homme ayant touché à tous les styles musicaux, on s'interroge alors, vers quel style musical ira cet album ?
Hughes fera donc simple (et peut être aussi à la demande de sa maison de disque) : pour repartir à zéro, autant revenir sur ce que les gens connaissent de lui, et sur ce qui est censé être encore la mode.  
Ainsi, il nous offre un hard rock mélodique classieux orienté Deep Purple, version année 80, avec notamment la présence de 2 guitaristes suédois influencés Blackmore et Schenker, et un orgue assez présent . Un hard rock aussi limite fm, avec la rythmique du groupe Europe, et un musique qui reste en rapport avec ses récentes productions au sein des projets Phenomena, Hughes-Thrall, John Norum, tous assez mélodiques. Pour s'asseoir dans ce style limite aor, Hughes fera appel à Pat Thrall (Asia), son ex comparse dans Trapeze, Mel Galley, et le faiseur de tubes, Jean Beauvoir (Kiss)

Et puis avant que le grunge n'emporte tout sur son passage, les vidéos clips des groupes de Hard fm tournent en boucle encore sur MTV. Le dernier Deep Purple, le très controversé ''Slaves and Masters'' , accès « Foreigner » dans l'esprit, et le ''naked thunder'' de Ian Gillan en solo, sortis tous 2 en 90, précèdent dans le genre cet album, et formeraient presque même une trilogie.
La similitude entre ce Hughes et le Gillan est assez marquante, du son de guitare jusqu'à la pochette. Et tout cela porte la marque de Deep Purple, à des dégrés divers.

C'est donc sur terrain connu de ses fans que Hughes nous propose un très bon album pour son retour. La voix divine est toujours là. Glenn module à souhait sans en faire des tonnes, toujours sur album, moins donc en live, et toujours en rapport avec le thème de la mélodie ou des paroles.
Les solos de guitare sont très inspirés. Je me demande toujours encore pourquoi on n'entend plus ces 2 guitaristes !?
Hughes ne reviendra plus vers ce style musical qu'est le hard mélodique sur ces prochains albums.
Un album qui rappelle donc une époque, la fin des années fm 80, des origines avec Purple, mais qui marquent par la voix unique, du probablement, plus grand chanteur rock au monde.



Titre par titre


Pickin up the pieces : 3,5/5
est un rock rentre dedans qui rappelle le Speed King du Pourpre. Hughes fait parler la poudre (oups pardon) au bon sens du terme. Direct in your face. Efficace

Lay my body now : 6/5
une power ballade dont les paroles explosent mon âme à chacune de ses écoutes. Ma mère étant décédée qlq mois avant la sortie de cette chanson qui semble écrite exprès. Le chanteur y sort ses tripes et ses poumons. Je ne serai jamais objectif sur cette chanson qui restera mon hymne.

The only one : 3/5
Un titre fm, limite pour Survivor ou Phenomena, mais à la sauce Hughes.
Un titre léger donc, à écouter pour le fun, mais qui à la 3ème tournée de bière, peut me lasser.

Why don't you stay : 4/5
Une ballade limite blues – gospel mais avec le son année 80 – elle ressemble un peu à la cousine de la balade célèbre de Foreigner 'I want to know what love is'' , sans l'efficacité de ce méga slow qui te marie de suite. Elle reste un bon moment, notamment son final avec les choeurs, et un Hughes qui se livre à fond.

Walkin on the water : 4,5/5
ha voilà le titre funk de Hughes … enfin funk, pas trop tout de même : on lui rappelle qu'il faut qu'il reste rock … toutefois, ici, on a une légére rythmique  funk en mode acoustique, c'est du quasi a capela, basse + voix intéressant … un refrain assez particulier, voire original : avec des choeurs masculins … un titre pas du tout évident, mais qui au final, m'enthousiasmera, car règne la voix du maestro. L'ovni de l'album, mais avec des extra terrestres sympa aux manettes.

The Liar : 4/5
On repart dans le mélodique et le rock avec Jean Beauvoir à l'écriture. Hughes sort ses aiguilles de sa manche, heu ses aigûes de sa manche .. hé zut, de sa gorge ... que chuikon
c'est aussi du fm, mais en beaucoup mieux que ''the only one'' … c'est davantage péchu ici, et nerveux.

Into the void : 5/5
Le titre épique de l'album. Une intro a capella, une montée progressive tant musicale que vocale où le chanteur à la voix d'or finit par nous embarquer dans des sommets de notes vocales. Du grand ! Du très grand Hughes. La version live in japan est à écouter aussi.

You were always there : 3,5/5
Ecrit avec Thrall, on sent bien que ce titre aurait pu être sur leur album commun, ou pour une suite qui ne verra jamais le jour. Le son des claviers bien présent, une mélodie douce, nous le rappellent, même si ce titre est assez cool, et moins rock que les titres de leur œuvre commune. Un titre qui aurait pu aussi figuré sur le prochain album ''feel'' de Hughes. Pas un titre indispensable, mais qui s'écoute trankilou comme on dit chez nous.

If you don't want me to : 4,5/5
Hughes se prend ici pour Georges Mickael (ou l'inverse), avec une ballade suave et soul reposante. La voix est à tomber.

Devil in you : 4/5
Autre titre avec le guitariste d'Asia : c est rock, limite funk. Ça lui demange à Glenn mais il restera rock, et c'est bon.

Homeland : 4/5
Son compére de Trapeze, Mel Galley est à la compo de ce titre qui décole lentement pour accélerer à fond dans le virage. Allez c'est parti pour une succession de virages en montagnes à fond où Glenn hurle son pied à la fin de la descente, et nous avec.

From now on : 3,5/5
Une ballade légère, limite mélancolique – mid tempo. Probablement, en rapport avec son nouveau départ ''I'll be stronger from now on''. La voix de velour, limite crooner, reste la plue value.

Burn : 6/5 titre bonus cover de Deep Purple
Putain ça booste ! 2 grattes + l'orgue en rythmique, ça le fait grave sa race, et hughes est un tueur sur cette version, qui fait oublier son compère vocal de l'époque, David Coverdale. Le son et le solo sont énorme et respectueux de l'original. Merde je n'ai plus de cheveux. Tout a brulé.








Dernière édition par Franck64 le Sam 27 Sep - 20:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ted
Admin
avatar

Messages : 8271
Date d'inscription : 21/06/2012
Age : 58

MessageSujet: Re: Glenn HUGHES ''From now on'' 1994   Sam 27 Sep - 17:07

AH MERCI Franck superbe chronique, cet album figure dans mes préférés de la carrière de THE VOICE OF ROCK..et en effet BURN est tout simplement MOSTRUEUX, j'ai put la contaster lors de la tournée qui a suivit cet album..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://funkyjunction.forumgratuit.be
 
Glenn HUGHES ''From now on'' 1994
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Glenn Hughes
» GLENN HUGHES
» Sinatra version metal
» MISTREATED: David Coverdale Vs Ronnie James Dio Vs Glenn Hughes
» GLENN HUGHES - Resonate (4 novembre)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FUNKY JUNCTION :: LA DEEP PURPLE FAMILY :: WHITESNAKE/HUGHES :: GLENN HUGHES-
Sauter vers: