FUNKY JUNCTION

Forum sur la DEEP PURPLE FAMILY et la THIN LIZZY FAMILY
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
on est la juste pour parler musique....et c'est tout...

Partagez | 
 

 LED ZEPPELIN family

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Ted
Admin
avatar

Messages : 8220
Date d'inscription : 21/06/2012
Age : 58

MessageSujet: LED ZEPPELIN family   Jeu 20 Aoû - 12:32

Une très belle photo



et d'autre ICI


Dernière édition par Ted le Mer 15 Mar - 14:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://funkyjunction.forumgratuit.be
Phil

avatar

Messages : 4302
Date d'inscription : 10/01/2013
Age : 55

MessageSujet: Re: LED ZEPPELIN family   Jeu 20 Aoû - 13:31

Ca, c'est du 75.... santé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phil

avatar

Messages : 4302
Date d'inscription : 10/01/2013
Age : 55

MessageSujet: LED ZEPPELIN   Dim 5 Avr - 10:17


Southampton, 22/1/73

Mais pourquoi n'ont-ils pas édité officiellement ce fantastique live (Southampton, 22/1/1973) au lieu de The Song Remains The Same qui, à l'époque de sa sortie en 1976 (?) n'a suscité que des critiques souvent incendiaires ? Tout est presque parfait là-dessus : de la voix puissante et cristalline de Plant, au jeu très fluide de Pagey en passant par la basse vrombissante de JPJ et la frappe bucheronnée de Bonham et ce, malgré quelques petites variations de son qu'un remastering aurait vite corrigées. Il est vrai aussi que ce live a été capté devant un modeste public, le groupe ayant préféré capter son live The Song Remains The Same devant un public plus important massé dans une salle mythique (le MSG).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phil

avatar

Messages : 4302
Date d'inscription : 10/01/2013
Age : 55

MessageSujet: Re: LED ZEPPELIN family   Mar 15 Sep - 9:42

John & Jason Bonham à Knebworth en 1979 :

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ted
Admin
avatar

Messages : 8220
Date d'inscription : 21/06/2012
Age : 58

MessageSujet: Re: LED ZEPPELIN family   Ven 25 Sep - 20:45

dans le genre catastrophe...et c'est pas les musicos...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://funkyjunction.forumgratuit.be
Ted
Admin
avatar

Messages : 8220
Date d'inscription : 21/06/2012
Age : 58

MessageSujet: Re: LED ZEPPELIN family   Mar 6 Oct - 6:14

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://funkyjunction.forumgratuit.be
Phil

avatar

Messages : 4302
Date d'inscription : 10/01/2013
Age : 55

MessageSujet: Re: LED ZEPPELIN family   Ven 16 Oct - 23:02

Réedition avec mise à jour du rarissime et indispensable ouvrage de Luis Rey qui répertorie et analyse tous les enregistrements live connus de LZ



http://www.amazon.fr/The-Led-Zeppelin-Tape-Documentary/dp/0993386601

Merci à Ericm du LZF !!!!!! santé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phil

avatar

Messages : 4302
Date d'inscription : 10/01/2013
Age : 55

MessageSujet: Re: LED ZEPPELIN family   Jeu 24 Déc - 18:24

Pour le moment, je n'en ai que quatre :

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ted
Admin
avatar

Messages : 8220
Date d'inscription : 21/06/2012
Age : 58

MessageSujet: Re: LED ZEPPELIN family   Sam 26 Déc - 20:21

Alors que les espoirs d'une reformation du groupe s'éloignaient à mesure que Jimmy Page ajoute des dates à sa tournée solo, c'est le batteur Jason Bonham qui évoque à nouveau cette possibilité dans une interview récente: "Au fond de mon coeur, je sais que nous jouerons encore ensemble. Reste à voir si ce sera en public ou en privé, mais je sais que nous serons réunis pour jouer."

Jason Bonham avait remplacé son regretté père, John Bonham, lors de la reformation éphémère du groupe en décembre 2007.

Dans l'interview, il a aussi évoqué le souhait de Robert Plant de ne plus chanter au sein de Led Zeppelin et des recherches qui ont suivi pour lui trouver un remplaçant. Les deux "finalistes" étant Steven Tyler d'Aerosmith, et Myles Kennedy. "Concrètement, Jimmy (Page), John Paul Jones et moi nous sommes déjà vus à plusieurs reprises, pour voir ce que nous pourrions faire. Nous nous sommes même mis à l'écriture, et nous avons auditionné plusieurs chanteurs", a-t-il ajouté.

Croisons les doigts pour la suite!

source c21


j'avoues que cette info me laisse assez dubitatif...vraiment
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://funkyjunction.forumgratuit.be
Phil

avatar

Messages : 4302
Date d'inscription : 10/01/2013
Age : 55

MessageSujet: Re: LED ZEPPELIN family   Sam 5 Mar - 14:01

Ca repasse ce soir sur Arte à 23h25 :

A ne rater sous aucun prétexte :

http://www.arte.tv/guide/fr/057482-000-A/branchez-les-guitares
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ted
Admin
avatar

Messages : 8220
Date d'inscription : 21/06/2012
Age : 58

MessageSujet: Re: LED ZEPPELIN family   Jeu 7 Avr - 9:05

"Citation de Jimmy Page


Quand on cesse d'écouter Led Zeppelin...


...c'est sa jeunesse qu'on enterre."

Le guitariste défend son groupe.


citation de Ted...

mais oui bien sur..

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://funkyjunction.forumgratuit.be
Ted
Admin
avatar

Messages : 8220
Date d'inscription : 21/06/2012
Age : 58

MessageSujet: Re: LED ZEPPELIN family   Mer 13 Avr - 14:21

question posée à un jury californien après les accusations d'un groupe de musique psychédélique californien.

"Stairway to Heaven" est un plagiat?

Ce groupe, Spirit, n'a pas connu la renommée gigantesque des Britanniques de Led Zeppelin, mais affirme que sa chanson "Taurus", sortie en 1967, a inspiré les premières notes de "Stairway to Heaven", enregistrée à Londres en décembre 1970-Janvier 1971 et devenue l'une des mélodies les plus reconnaissables de l'histoire du rock.

Après deux ans de procédure judiciaire, un juge a quasiment reconnu qu'il existait suffisamment d'éléments pour dire que la chanson avait été volée mais a estimé que l'affaire devait être tranchée lors d'un procès devant un jury de Los Angeles, prévu le 10 mai.

Le représentant de Spirit "n'est pas pas parvenu à présenter la preuve d'une similarité frappante mais a réussi à soulever une question digne d'être traduite en justice", a détaillé le juge Gary Klausner dans une décision rendue publique lundi.

Led Zeppelin avait fait la première partie de Spirit aux États-Unis pour un concert à Denver le 26 décembre 1968.

Les membres encore vivants de Led Zeppelin ont assuré à la cour n'avoir eu aucune interaction concrète avec Spirit, ni écouté la musique de ce groupe.

Led Zeppelin explique également que l'ouverture de "Stairway to Heaven" était une progression d'accords connue en musique depuis des siècles et que le reste de la chanson de huit minutes n'était pas en cause dans l'affaire.

Le juge a estimé toutefois qu'il existait bien des similitudes entre les deux chansons, notamment dans la ligne de basse.

Le guitariste de Spirit, Randy Wolfe est décédé en 1997 et n'avait jamais engagé de poursuites. C'est Michael Skidmore, présenté comme son représentant, qui a porté plainte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://funkyjunction.forumgratuit.be
Ted
Admin
avatar

Messages : 8220
Date d'inscription : 21/06/2012
Age : 58

MessageSujet: Re: LED ZEPPELIN family   Mer 13 Avr - 14:22

C'est vrai que la ressemblance

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://funkyjunction.forumgratuit.be
Phil

avatar

Messages : 4302
Date d'inscription : 10/01/2013
Age : 55

MessageSujet: Re: LED ZEPPELIN family   Mer 13 Avr - 17:30

Tout le monde copie tout le monde....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kilou

avatar

Messages : 1921
Date d'inscription : 24/09/2015
Age : 49
Localisation : Fuckin' Nice

MessageSujet: Re: LED ZEPPELIN family   Jeu 14 Avr - 9:50

Les mecs attendent plus de 40 ans pour faire un procès, c 'est risible Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Patrick.

avatar

Messages : 582
Date d'inscription : 01/04/2016
Age : 53
Localisation : Mazamet 81

MessageSujet: Re: LED ZEPPELIN family   Jeu 14 Avr - 12:17

Kilou a écrit:
Les mecs attendent plus de 40 ans pour faire un procès, c 'est risible Rolling Eyes


T'as raison.....
Sans doute un redressement fiscal ,un divorce peut être,ou tous simplement l'Aston Martin à changer....

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ted
Admin
avatar

Messages : 8220
Date d'inscription : 21/06/2012
Age : 58

MessageSujet: Re: LED ZEPPELIN family   Jeu 14 Avr - 12:25

Led Zep a déjà eu quelques procès pour plagiat il me semble...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://funkyjunction.forumgratuit.be
Kilou

avatar

Messages : 1921
Date d'inscription : 24/09/2015
Age : 49
Localisation : Fuckin' Nice

MessageSujet: Re: LED ZEPPELIN family   Jeu 14 Avr - 12:27

Certes, pour "Whole lotta love" notamment, mais là c 'est du grand n' importe quoi albino
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ted
Admin
avatar

Messages : 8220
Date d'inscription : 21/06/2012
Age : 58

MessageSujet: Re: LED ZEPPELIN family   Jeu 14 Avr - 12:29

certes..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://funkyjunction.forumgratuit.be
Phil

avatar

Messages : 4302
Date d'inscription : 10/01/2013
Age : 55

MessageSujet: Re: LED ZEPPELIN family   Jeu 21 Avr - 9:26

INTERVIEW JIMMY PAGE POUR LE MAGAZINE CLASSIC ROCK. NUMERO DE DECEMBRE 2015

BONHAM, GROHL ET LE LEGS DE LED ZEPPELIN : UNE INTERVIEW EPIQUE DE JIMMY PAGE






La légende de la guitare se confie au sujet d’amis absents, de fans superstars, de mauvaises critiques, et de ce qu’il y a de mieux après avoir joué avec Led Zeppelin.

Dans un hotel de l’Ouest londonien, Jimmy Page revient sur une carrière de 50 ans. Le fondateur et génie créatif de Led Zeppelin est ici pour parler à Classic Rock de sa vie et de son travail - courant des premiers enregistrements qu’il réalisa en tant qu’adolescent naïf jusqu’au legs que laisse derrière lui le plus grand groupe du rock. Il se souvient de la magie émanant de la première fois où Zeppelin joua ensemble, des luttes menées contre les bootleggers et la presse, de l’éclat de feu John Bonham ou encore de la chanson rédigée en forme de blague qui s’est retournée contre Jimmy. Et il explique pourquoi jouer avec les Black Crowes fut le plus proche qu’il ait atteint en matière de renouvellement des émotions éprouvées avec Led Zeppelin.

CR : Quand vous repensez à 1968, au moment initial où vous avez monté Led Zeppelin, à quel moment avez-vous réalisé que vous teniez quelque chose d’unique ?

JP : Ça s’est passé lors de la première répétition, qui se tenait à Londres, dans Gerrard Street. J’ai dit que nous devrions faire « Train Kept A’ Rollin », mais je pense que j’étais le seul qui savait la jouer. Je ne sais pas vraiment ce que nous avons fait d’autre. Mais dès que nous nous sommes mis à jouer ensemble, chacun savait par instinct que nous n’avions jamais joué ou entendu auparavant quelque chose de ce style. Et ça tapait tellement en plein dans le mille.

CR : Aviez-vous déjà écrit des chansons pour le groupe avant cette première répétition ?

JP : Il y avait du matériel auquel j’avais déjà pensé, comme « Babe I’m Gonna Leave You » et quelques autres trucs. Et au moment où j’ai eu tout le monde chez moi, et où nous nous sommes mis à répéter régulièrement, nous travaillions sur « Communication Breakdown » et « You Shook Me ». C’était phénoménal de poser ce matériel. Nous savions combien c’était bon.



CR : En quoi Led Zeppelin se différenciait des autres groupes de rock de cette époque ?

JP : En ce temps-là, on trouvait des groupes vraiment géniaux, construits autour d’un instrumentiste. Au sein de Led Zeppelin vous aviez quatre maîtres-musiciens. Je sais que Cream en possédait trois, mais d’avoir quatre gars ensemble, tous jouant à ce haut niveau, ça représentait quelque chose d’autre. Pour être honnête avec vous, je savais que le groupe était de la dynamite. A partir des répétitions que nous eûmes à la maison, je savais ce que nous avions. Et après la tournée réalisée en Scandinavie, je savais que ça se traduirait par une aptitude à jouer en live.

CR : Le premier album de Zeppelin est sorti en janvier 1969. Quels sont vos souvenirs au sujet de la réalisation de cet album ?

JP : C’était super, la façon dont s’est fait le premier album - à le jouer en public en Scandinavie - pour vraiment le rôder, avant de rentrer en studio. De cette manière, il t’était vraiment possible de t’y exercer, avant de l’enregistrer. Si tu as l’avantage de procéder de cette façon, cela constitue une manière vraiment saine de rentrer en studio, particulièrement avec des gars qui n’ont pas trop fréquenté les studios avant. Il fallait également enregistrer très minutieusement, et c’était plutôt sans pitié, vous ne pouviez pas vous engager là dedans et perdre du temps, particulièrement avec un nouveau groupe.

CR : Quel était votre but avec cet album ?

JP : Tu voulais rentrer là-dedans et faire exploser le truc. Tu rassembles tous les ingrédients chimiques, et ça pète au moment où ça sort des enceintes. Le mot-clé c’est atomes crochus, alchimie. Et tu sais, cet album brossait un portrait complet. Tant d’idées et de combinaisons que les gens n’avaient jamais entendues auparavant. John Bonham avait tellement de puissance et de personnalité dans son jeu, et John Paul Jones produisait des parties de clavier géniales. Ce fut super d’avoir l’occasion de réaliser un album de cette manière.

CR : Dès le tout début, le groupe créa l’évènement dans les grandes largeurs en Amérique.

JP : Nous y sommes entrés, avons mis à genoux San Fransisco, et ça a suffi. Le premier album n’était même pas sorti. Ça s’est répandu comme une traînée de poudre - le bruit que ce groupe était simplement incroyable, et puis ensuite ils entendent l’album...

CR : Au début des années 1970, Led Zeppelin était le plus grand groupe au monde, vendant plus que les Stones. Comment avez-vous fait face à ce niveau de renommée ?

JP : Vous parlez de l’époque des jets privés et tout ce genre de trucs - ce à quoi vous faites référence, c’est ce genre de style de vie ? Parce que d’autres personnes faisaient cela, se servant de villes comme base, en ayant recours à un avion. Ça faisait sens.

CR : Ce que je voulais dire c’est comment vous, en tant que leader du groupe, avez-vous supporté cette pression ? Peter Grant, le manager de Led Zeppelin fut-il la clé de ceci - prenant soin de tous les détails afin que vous puissiez vous concentrer uniquement sur la musique et rien d’autre ?

JP : Oui, pour pouvoir aller aussi loin sur le plan créatif, vous aviez besoin de quelqu’un qui s’occupât du côté business de la chose. Et Peter prit assurément soin de cet aspect - en dehors de la réalisation des albums, bien sûr. Mais lui et moi nous sommes rendus à New York chez Atlantic lors de l’étape initiale, afin de conclure le premier accord. Et à l’époque du quatrième album, quand nous avons voulu sortir cet album vierge de toute information sur la pochette - pas de nom de groupe, pas de titre - Peter et moi avons connu une réunion intéressante chez Atlantic.

CR : Comment ça s’est passé ?

JP : Quand nous sommes arrivés là-bas, les avocats d’Atlantic nous ont séparé. Peter était dans un bureau, moi dans un autre. Ils disaient : « il faut que vous mettiez le  nom du groupe sur la pochette ». J’ai souri et dit : « Vous pouvez l’imprimer sur l’emballage intérieur, de façon à ce que quand les gens sortent le disque, ils puissent voir « Led Zeppelin ». En fait, je me faisais charrier. Parce que [je leur avais dit] qu’ils n’auraient pas l’album sauf si les conditions que nous y mettions étaient remplies.

CR : Vous avez obtenu ce que vous vouliez - et cet album s’est avéré être l’un des disques les plus vendus de tous les temps.

JP : Oui. Mais à cette époque nous récoltions tant de mauvaises critiques de la part des média. Ceci explique pourquoi nous avons pensé : « D’accord, sortons un album sans aucune information et voyons ce que les gens pensent de cela ». Ce que dit Rolling Stone, ce n’est pas grave...

CR : Les mauvaises critiques que vous aviez chez Rolling Stone, ça vous blessait ?

JP : Ça n’avait pas d’importance. Vous pouviez deviner, même à partir des compte-rendus de concert, qu’ils passaient probablement leur temps au bar. Ils ne se concentraient absolument pas sur ce qui se passait. La réalité, directement à partir de  ce moment connu à San Fransisco, c’était que les gens affluaient pour nous voir, et que ça ne s’est jamais arrêté.

CR : Vous souvenez-vous de la critique de l’album Self-Portrait de Bob Dylan, 1970, parue chez Rolling Stone ? Elle démarrait fameusement par la question : « C’est quoi cette merde ? »

JP : Oui et bien c’est ce que je dirai au sujet de Rolling Stone, pas de Bob Dylan.

CR : Mais pour vous sur un plan personnel, y a-t-il eu des moments où Led Zeppelin a connu des ratés ? Y a-t-il des chansons dans lesquelles vous entendez le groupe lutter, ou peut-être essayer d’atteindre quelque chose qui était hors de portée ?

JP : Je ne pense pas. Je peux vous dire comment ça se passait avec Led Zeppelin. Quand nous travaillions à Headley Grange, à enregistrer à l’aide d’un studio mobile, ou si nous étions en studio, réservé pour y passer du temps, nous y rentrions et travaillions vraiment sur les idées que nous avions. Il y avait des choses qui venaient à partir de jams, spontanément. Et si quelqu’un avait un riff qui n’avait pas été conservé, ou si ça sonnait comme quelque chose que nous avions déjà fait auparavant, on ne revenait pas dessus.

CR : Donc il n’y a pas de chansons de Led Zeppelin qui vous embarrassent.

JP : Non. Aucune.

CR : Mais il y en a certaines qui semblent un petit peu désinvoltes. Il y a une chanson sur le dernier album de Zeppelin, In Through The Out Door, le morceau de rock’n’roll espiègle  « Hot Dog »...

JP : Oui. « Hot Dog » c’était juste un peu d’amusement.

CR : Et plus tôt, sur Houses Of THe Holy, vous avez réalisé une chanson reggae avec un titre en forme de boutade phonétique, « D’yer Mak’er » [ndt : « Jamaïca »]. C’était une blague que vos fans américains n’ont pas saisie.

JP : En Amérique, ils n’avaient aucune idée de ce que ça signifiait, et c’était barbant de devoir s’expliquer. On pensait : « pourquoi ne pas l’avoir appelée autrement ? » Au moins les Britanniques ont compris, Dieu merci.

CR : Y a-t-il des chansons de Zeppelin qui vous donnent l’impression d’être sous-estimées ?

JP : Qu’est-ce que vous répondriez ?

CR : « Poor Tom » en est une. Peut-être s’est-elle perdue sur Coda, l’album d’inédits sorti en 1982 après la séparation du groupe. Mais c’est une super chanson. Dave Grohl l’aime : il dit qu’il s’agit d’une des meilleures interprétations de John Bonham.

JP : Oui. Il a raison. Et d’accord, voilà ce qu’il en est pour « Poor Tom ». J’avais une idée pour la partie de batterie dans cette chanson. J’ai dit à Bonzo : « voilà comment faire ». Et je savais qu’il saisirait en cinq minutes, peut-être même moins. Dans son jeu, il maîtrisait les rythmes syncopés. Voilà à quoi ça ressemblait de jouer avec John. Lui et moi étions tellement en harmonie - c’était super. Tu pouvais écrire quelque chose et boum, tu savais exactement comment ça sonnerait.

CR : Une autre chanson sous-estimée est « For Your Life », tirée de Presence. Tellement sous-estimée en fait que quand Zeppelin l’a jouée à l’O2 en 2007 - la première fois que vous l’interprétiez en public - de nombreux critiques pensèrent qu’il s’agissait d’une nouvelle chanson.

JP : Ce fut... intéressant (rires). Les critiques de l’O2 furent merveilleuses. Mais dans l’euphorie, les gens pensèrent que « For Your Life » était un nouveau morceau. Tout le reste, ils connaissaient, mais cette chanson-ci, ils n’en étaient pas informés.

CR : J’aurais suggéré que tous ceux qui ne connaissaient pas « For Your Life » n’auraient pas dû être présents à l’O2 lors de cette soirée. Leurs billets d’entrée auraient dû revenir à d’authentiques fans de Led Zeppelin.

JP : Oui, je pense que vous avez probablement raison. Mais replongés dans le contexte, c’était rafraichissant de jouer cette chanson. C’est plutôt audacieux de l’interpréter. Il faut se souvenir de beaucoup de choses, tellement de changements, de variations inattendues.

CR : A-t-il été également difficile de rester dans le groove sur ce morceau, parce que vous la jouez si lentement ?

JP : De lui imprimer la tension - oui. Il s’agit d’un groove assez intense sur ce morceau.

CR : Vous avez dit que vous étiez assez nerveux avant le concert de l’O2.

JP : Je suis toujours tendu. Mais [je ne le fus] probablement jamais davantage que ce jour-ci. Vous n’aviez droit qu’à un essai, pour l’amour du ciel ! Mais nous avions investi beaucoup [de temps] dans les répétitions, donc je savais que ça fonctionnerait. Et vraiment, ce fut un super concert, ce qui explique pourquoi il m’apparaissait si important que tout se passe bien avec le DVD qui en fut tiré (Celebration Day). Il sonnait tellement, tellement bien. Pour les personnes qui en fait n’avaient pas réussi à assister au concert, ce qu’ils eurent sous la forme d’un DVD n’allait pas les décevoir. Ils n’ont pu avoir accès au spectacle, mais bonté divine, ce DVD est bon !

CR : Et meilleur que les DVD bootlegs qui ont été mis en vente dans les jours qui ont suivi le concert.

JP : Vous savez il y avait un type du Japon qui a filmé le show. Il a immédiatement sauté dans l’avion pour le Japon et ce fut une question d’heures avant que le DVD ne soit publié, encore moins que de jours, de semaines. C’est la même chose quand vous jouez au Japon. Je sais pertinemment qu’en tournant là-bas, vous êtes instantanément bootleggé. Donc si vous attaquez une tournée, vous êtes en période de chauffe, vous ne voulez vraiment pas vous rendre sur place pour donner un concert peu sûr. Il vous faut y aller tout feu tout flamme.

CR : Sûrement que le plus gros problème rencontré, ce ne sont pas les bootleggers mais les fans qui filment les concerts sur leurs téléphones ?

JP : Oh oui, tout le monde est comme ça maintenant. Sur la première tournée Led Zeppelin, nous avions joué du matériel qui allait apparaître sur le deuxième album. Mais maintenant les groupes doivent faire très attention quand il s’agit de jouer de nouvelles compositions devant un public. Vous êtes contrecarrés par Youtube.

CR : Kate Bush a trouvé une solution. Pour ses concerts à l’Hammersmith Apollo en 2014, elle a demandé à ses fans qu’ils ne filment pas les représentations, et ça a marché.

JP : Avez-vous vu ce concert ? Moi oui. Et je peux vous dire : si quelqu’un avait brandi une caméra il se serait fait lyncher. Il y avait un tel sentiment à l’égard de cette question. Les gens ont fait preuve de tant de respect pour Kate.

CR : Vous avez pris votre revanche sur les bootleggers avec les rééditions Led Zeppelin - chacun des neuf albums studio complété de morceaux inédits. Qu’est-ce qui constitue pour vous le meilleur à tirer de tout ce matériel d’archive ?

JP : J’aime la session à Bombay de 1972 (qui figure sur la nouvelle version de Coda). C’était juste Robert (Plant) et moi se rendant là-bas. J’étais tellement fana de faire quelque chose avec des musiciens indiens. Ils représentaient l’équivalent de ce que tu appellerais maintenant des musiciens Bollywood, à part le fait qu’à cette époque-là, c’était vraiment étriqué. Ils étaient des interprètes classiques, et ils n ‘avaient jamais entendu la musique de Led Zeppelin auparavant. L’idée globale qui présidait à l’expérience consistait à voir à quoi cela ressemblerait pour ces musiciens traditionnels de [devoir] traduire [ndt : leur musique] à partir de la guitare.

CR : La première chanson que vous avez joué avec eux fut « Friends » tirée de Led Zeppelin III. Pourquoi cette chanson ?

JP : Au moment où j’ai écrit « Friends », je l’avais pensée sous la forme de ce genre de style indien, avec les rythmes complexes issus des tablas.

CR : Tu peux entendre cela à travers la chanson originale ?

JP : Absolument. J’ai pensé que nous pourrions interpréter cette chanson. Ils l’ont jouée adossés uniquement à leur technique. C’était si passionnant. Et parce que nous étions présent seulement pour une soirée, je ne voulais pas laisser échapper l’instant, alors j’ai pensé : bien, passons à autre chose. Nous avions ces percussions en nombre : un joueur de tabla et un autre qui jouait d’un long tambour à deux extrémités. Alors j’ai lancé « Four Sticks » (de Led Zeppelin IV) et ces percussionnistes étaient si experts techniquement qu’ils se sont baladés.

CR : Tout ce matériel additionnel sur les rééditions a été tiré de vos archives personnelles. Y a-t-il des trésors supplémentaires que vous ayez dissimulées ?

JP : Oui. J’ai également du matériel antérieur à Led Zeppelin - des morceaux que j’ai composé il y a très longtemps quand j’étais adolescent, écrivant, essayant des enregistrements expérimentaux à la maison, d’une manière réellement assez naïve. Puis ensuite l’époque où je fus musicien de studio, j’ai du matériel issu de cette période. Et je possède beaucoup de matériel de la période avec les Yardbirds.



CR : Tout ou partie de ce matériel sortira-t-il un jour ?

JP : Bien, j’ai commencé à passer en revue tout ceci, revenant dessus avec l’idée d’assembler tout ce matériel en ordre chronologique, de dresser un inventaire correct de ce qui était, à partir de Led Zeppelin et au-delà. Mais une fois que j’ai touché au matériel Led Zeppelin, je me suis simplement concentré là-dessus.

CR : Donc pour répondre à ma question ?

JP : Pour l’instant, il n’y a pas de réponse.

CR : Quel est selon toi le meilleur disque que tu aies réalisé en dehors de Led Zeppelin ?

JP : Je ne sais pas. Qu’entends-tu par meilleur ?

CR : Peut-être celui qui t’as donné le plus de plaisir.

JP : J’ai eu un album solo en 1988. Outrider. Ce n’était pas du tout mauvais. Je peux encore m’y rapporter.

CR : Qu’en est-il des disques que tu as fait dans la période juste avant Outrider ? Au milieu des années 1980, tu as enregistré deux albums avec Paul Rodgers au sein de votre groupe The Firm, mais celui-ci semble être tombé aux oubliettes de l’histoire.

JP : J’ai apprécié ce que j’ai fait avec ces albums. Paul est tellement un super chanteur. Mais je pense malheureusement que le deuxième album de The Firm (Mean Business) fut une de ces choses enregistrées dans les années 1980 qui pâtit un peu des sons de cette époque. Le groupe était très bon, mais vous ne retirez pas de cet album une impression de réelle consistance.

CR : Et après cela ?

JP : J’ai apprécié de travailler avec David Coverdale (pour un album, Coverdale Page, publié en 1993). Ce que j’ai vraiment aimé faire, c’est jouer avec les Black Crowes. Ce fut phénoménal. Il y eut seulement un inconvénient. La prestation que nous avions était un mélange de chansons des Black Crowes et de morceaux de Led Zeppelin. Donc c’était bien que je joue sur leur musique. Mais quand on en arriva à assembler un album, leur maison de disques ne les laissa pas réenregistrer [ndt : leurs titres]. Voilà pourquoi cet album (Live At The Greek: Excess All Areas, sorti en 2000) fut principalement constitué de matériel Zeppelin, avec certains vieux morceaux de blues. C’était réellement un peu fâcheux, mais toutefois, ce que nous avons joué de Zeppelin ensemble fut sacrément excellent. Juste génial. C’était énorme.

CR : Ton amour de la musique - est-il toujours aussi fort aujourd’hui en comparaison de ce qu’il fut lorsque tu étais enfant ?

JP : Je suis sans aucun doute très passionné. Et c’est drôle, vraiment. Je suis assez conscient du fait d’être ce gamin présent pour ce truc à la télé fichûment gênant au moment où il faisait partie d’un groupe de skiffle à l’âge de 12 ans. Mais cette passion de mon enfance m’a emportée avec elle à travers le monde des musiciens de studio - et vous savez, ce fut une super école. J’ai appris à lire la musique, et vers la fin, je réalisais des arrangements et je produisais. Pour un musicien sans formation, autodidacte, c’était super.

CR : As-tu toujours cru en étant jeune homme à ton succès ?

JP : Oh mon Dieu. Non si j’avais pensé en terme d’adulte plutôt qu’en terme d’adolescent.

CR : Ce qui signifie ?

JP : En tant qu’adulte, vous auriez pensé : si tu te rates, on ne te reverra plus. Tu sais, cette pression qui vient du fait de ne pas vouloir échouer. Mais je suis rentré là-dedans simplement et je m’en suis bien tiré. Rétrospectivement, je pense que ça vraiment été quelque chose.

CR : Et quand tu penses à ce que tu as continué à accomplir avec Led Zeppelin, de quoi es-tu le plus fier ?

JP : Le fait que notre musique ait touchée tant de gens. Nous ne pouvions répondre à la demande des personnes qui voulaient nous voir. Même quand nous ne nous sommes pas produits en Angleterre pendant plusieurs années [ndt : 4 ans] et que nous avons joué à Knebworth (1979), on a battu des records d’affluence à cette époque.

CR : Qu’est-ce qu’il y avait dans la musique de Zeppelin qui a permis d’opérer ce déclic auprès d’un public aussi énorme ?

JP : Ce n’est pas dû à un seul facteur - ils sont multiples. Nous avons touché à tellement de domaines musicaux différents. Voilà pourquoi Led Zeppelin est une chose si vaste, à vue d’ensemble, universelle. Au fil des années, vous entendez ces artistes qui ont été inspirés par notre œuvre, et ils ont réalisé quelque chose dans la même veine, mais les gens peuvent détecter ce que nous avons été les premiers à faire. Led Zeppelin est le précurseur, le catalyseur de beaucoup d’idées et de tendances. Et le fait que cette musique ait été si vivante à travers toutes les années - de jeunes enfants y viennent, ils apprennent à partir d’elle - c’est absolument génial.

CR : Le groupe n’est plus, mais la musique demeure...

JP : C’est ça, exactement. Les gens n’arrêtent pas de me dire combien notre musique a été importante dans leur vie. Et ça, vraiment, c’est tout le propre de Led Zeppelin et sa contribution.

Paul Elliott
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PCH29



Messages : 1116
Date d'inscription : 10/09/2015

MessageSujet: Re: LED ZEPPELIN family   Jeu 21 Avr - 18:00

merci Phil
je vais l'imprimer pour la lire tranquillement dans mon tram demain matin....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ted
Admin
avatar

Messages : 8220
Date d'inscription : 21/06/2012
Age : 58

MessageSujet: Re: LED ZEPPELIN family   Dim 1 Mai - 23:34

Le juge Gary Klausner rendra une décision relative aux preuves retenues pour le jury dans le procès Led Zeppelin. Le jugement a pour but de déterminer si, oui ou non, le groupe a plagié l'ouverture de "Stairway to Heaven" (1971).

Le titre, extrait du 4e album sans titre des britanniques, présente effectivement d'étranges similitudes avec "Taurus" (1968), du groupe californien Spirit.

Les deux groupes avaient tourné ensemble en 1968 et en 1969. L'un des guitaristes de Spirit à l'époque, Michael Skidmore, a initialement argué que, compte tenu de la ressemblance frappante entre les deux titres, Randy California Wolfe mériterait une mention particulière dans les crédits.

Les avocats poursuivant les Britanniques ont déclaré que leur client réclame la somme symbolique de $1 et revendique une accréditation de Wolfe (guitariste, chanteur et compositeur de Spirit, décédé en 1997 à l'âge de 45 ans).

Le procès est prévu le 10 mai. Le juge Gary Klausner estime que les deux titres sont "substantiellement" assez similaires pour justifier un procès. Le jury déterminera si le chanteur et le guitariste de Led Zeppelin, respectivement Robert Plant et Jimmy Page, peuvent être désignés coupables pour avoir porté atteinte au copyright.

Les deux parties défendront leur cause. Il faut savoir que le plagiat concerne une progression chromatique en quatre accords qui était déjà une structure musicale conventionnelle dans le rock. Les membres de Led Zeppelin ont brièvement communiqué que "les progressions d'accord étaient à ce point stéréotypées qu'elles ne méritaient même pas une protection de droits d'auteur."

Par le passé, le groupe britannique avait déjà été accusé de plagiat, notamment en 1985, lorsque Willie Dixon les avait poursuivis pour "Whole Lotta Love". Dixon a été crédité plus tard comme co-auteur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://funkyjunction.forumgratuit.be
Tangmo

avatar

Messages : 2191
Date d'inscription : 02/01/2015
Age : 50

MessageSujet: Re: LED ZEPPELIN family   Lun 2 Mai - 7:14

Ted a écrit:
Le juge Gary Klausner rendra une décision relative aux preuves retenues pour le jury dans le procès Led Zeppelin. Le jugement a pour but de déterminer si, oui ou non, le groupe a plagié l'ouverture de "Stairway to Heaven" (1971).

Le titre, extrait du 4e album sans titre des britanniques, présente effectivement d'étranges similitudes avec "Taurus" (1968), du groupe californien Spirit.

Les deux groupes avaient tourné ensemble en 1968 et en 1969. L'un des guitaristes de Spirit à l'époque, Michael Skidmore, a initialement argué que, compte tenu de la ressemblance frappante entre les deux titres, Randy California Wolfe mériterait une mention particulière dans les crédits.

Les avocats poursuivant les Britanniques ont déclaré que leur client réclame la somme symbolique de $1 et revendique une accréditation de Wolfe (guitariste, chanteur et compositeur de Spirit, décédé en 1997 à l'âge de 45 ans).

Le procès est prévu le 10 mai. Le juge Gary Klausner estime que les deux titres sont "substantiellement" assez similaires pour justifier un procès. Le jury déterminera si le chanteur et le guitariste de Led Zeppelin, respectivement Robert Plant et Jimmy Page, peuvent être désignés coupables pour avoir porté atteinte au copyright.

Les deux parties défendront leur cause. Il faut savoir que le plagiat concerne une progression chromatique en quatre accords qui était déjà une structure musicale conventionnelle dans le rock. Les membres de Led Zeppelin ont brièvement communiqué que "les progressions d'accord étaient à ce point stéréotypées qu'elles ne méritaient même pas une protection de droits d'auteur."

Par le passé, le groupe britannique avait déjà été accusé de plagiat, notamment en 1985, lorsque Willie Dixon les avait poursuivis pour "Whole Lotta Love". Dixon a été crédité plus tard comme co-auteur.
c'est un peu ridicule, un juge qui n'y connait rien en musique ? va déterminé qui qui a copié qui.
En fait il y a inspiration ..comme tous les musiciens mais les titres sont eloignés.
tout cela c'est une histoire de " fric"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ted
Admin
avatar

Messages : 8220
Date d'inscription : 21/06/2012
Age : 58

MessageSujet: Re: LED ZEPPELIN family   Lun 2 Mai - 7:29

Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://funkyjunction.forumgratuit.be
Ted
Admin
avatar

Messages : 8220
Date d'inscription : 21/06/2012
Age : 58

MessageSujet: Re: LED ZEPPELIN family   Ven 24 Juin - 8:42

STAIRWAY TO HEAVEN
La ballade mythique de Led Zeppelin avait fait l'objet d'une plainte déposée il y a deux ans par Michael Skidmore, le gérant de la succession du guitariste de Spirit, Randy California.

Il réclamait des millions de dollars de dommages et intérêts.

Le procès s'était ouvert le 14 juin et le jury composé de 4 hommes et 4 femmes avait commencé à délibérer mercredi.

Ce panel a estimé que le chanteur Robert Plant et le guitariste Jimmy Page ont bien eu accès à la chanson instrumentale "Taurus" de Spirit, un groupe psychédélique des années 60 qui n'a jamais dépassé le succès d'estime.

Selon eux, Michael Skidmore et ses avocats n'ont toutefois pas été en mesure de prouver que des éléments propres à ce morceau étaient "intrinsèquement similaires" à l'introduction de plus de deux minutes de "Stairway to Heaven".

MM. Plant et Page, qui ont assisté chaque jour au procès, les cheveux tirés en queues de cheval, n'ont pas exprimé de réaction en entendant le verdict les exonérant.

L'avocat de Michael Skidmore, Francis Malofiy, a dit aux journalistes que son client et son équipe étaient "déçus et contrariés" par le verdict négatif.

Mardi, Robert Plant s'était à nouveau défendu d'avoir copié "Taurus" et avait raconté à la barre sa version de la genèse de "Stairway to Heaven", enregistrée entre fin 1970 et début 1971, trois ans après la sortie du titre de Spirit.

Un soir de répétition dans la campagne anglaise, "je me suis assis avec Jimmy près du feu et j'avais le premier couplet qui allait avec ce qu'il jouait", avait raconté le vocaliste à la voix puissante et suraigüe, âgé de 67 ans.

Le guitariste de Spirit, Randy California, qui a composé "Taurus", n'a jamais engagé de poursuites avant sa mort par noyade en 1997.

Il a toutefois longtemps maintenu auprès de ses proches et dans certains articles de presse qu'il méritait un crédit d'écriture pour "Stairway", qualifiant la chanson de "vol".

"Nous demandons un crédit d'un tiers, un crédit partagé", avait déclaré M. Malofiy aux jurés la semaine dernière, demandant entre 3,4 et 13,5 millions de dollars, une somme colossale en matière de procès pour droits d'auteurs musicaux.

Jimmy Page a déclaré la semaine dernière ne pas se souvenir d'avoir assisté à un concert de Spirit, ni rencontré ses musiciens.

Le guitariste de 72 ans avait par ailleurs assuré n'avoir découvert que récemment qu'il possédait l'album de Spirit contenant "Taurus", après avoir cherché dans sa collection de plus de 10.000 vinyles et CD.

Or Led Zeppelin - qui inclut aussi le bassiste et pianiste John Paul Jones et le batteur John Bonham, décédé depuis - avait fait la première partie de Spirit pour son concert inaugural en Amérique, le 26 décembre 1968, et partagé plusieurs fois l'affiche avec le groupe.

La plainte affirmait aussi que Led Zeppelin avait déjà volé les compositions d'autres musiciens, citant 16 chansons ayant fait l'objet de litiges dont "Whole Lotta Love" et "Babe I'm Gonna Leave You".

La défense a pour sa part fait intervenir un professeur de musicologie, Lawrence Ferrara, qui a soutenu que les similarités entre les deux morceaux relevaient d'une progression musicale utilisée depuis des siècles, par Mozart notamment.

Le verdict du procès "Stairway" pourrait freiner les plaintes potentielles qui auraient pu survenir après un autre procès retentissant.

SOURCE C21
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://funkyjunction.forumgratuit.be
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LED ZEPPELIN family   

Revenir en haut Aller en bas
 
LED ZEPPELIN family
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Bear Family Catalogue
» ELVIS SHOPPIN SUN CHEZ BEAR FAMILY
» Spirit : The Family That Plays Together (1968)
» Critique Led Zeppelin
» Led Zeppelin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FUNKY JUNCTION :: PARLONS MUSIQUE :: ARTISTES ET GROUPES DIVERS-
Sauter vers: