FUNKY JUNCTION

Ici on parle de la DPF de Thin Lizzy et de musique...c'est déjà pas mal
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Salut a tous...bienvenue
L'album du moment WHITESNAKE....THE PURPLE TOUR

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 AC/DC

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 9, 10, 11
AuteurMessage
Kilou



Messages : 2480
Date d'inscription : 24/09/2015

MessageSujet: Re: AC/DC   Jeu 23 Nov - 10:45

En plus c' est un fake, il ne flotte pas Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PCH29

avatar

Messages : 1816
Date d'inscription : 10/09/2015
Age : 54
Localisation : BOUT DE LA TERRE

MessageSujet: Re: AC/DC   Jeu 23 Nov - 19:41

Phil a écrit:
PCH29 a écrit:
Phil a écrit:
Tu connais Telgruc sur Mer ? lol!

je connais pas bien mais je sais que c'est à l'entrée de la presqu'île de Crozon



La photo, ce n'est pas plutôt la plage de Morgat ? respect respect respect

je vois que Monsieur Phil est un connaisseur de la presqu'île santé

moi pas vraiment, sous le pont de plougastel, c'est déjà le sud lol!

la photo c'est pour montrer aux sudistes du forum que la bretagne est belle..... sous le soleil houuuuuuuuuuuu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ted
Admin
avatar

Messages : 9496
Date d'inscription : 21/06/2012
Age : 59

MessageSujet: Re: AC/DC   Mer 29 Nov - 8:38

L'enterrement de Malcolm Young, guitariste rythmique d'AC/DC, s'est déroulé ce 28 novembre à Sydney, en Australie.

Malcolm, qui a cofondé AC/DC avec son frère Angus en 1973, est décédé le 18 novembre à l'âge de 64 ans, après avoir souffert de démence pendant plusieurs années. Il s'était alors retiré du groupe en 2014.

Des centaines de personnes se sont rassemblées à la cathédrale Ste Mary de Sydney, dont Angus Young, ses acolytes d'AC/DC, Cliff Williams (bassiste à la retraite) et Brian Johnson le chanteur, ainsi que l'ancien batteur et l'ancien bassiste du groupe, Phil Rudd et Mark Evans. Son neveu et guitariste Stevie Young, les rockeurs australiens Jimmy Barnes, John et Rick Brewster de The Angels, Angry Anderson de Rose Tattoo, le promoteur de concert Michael Chugg et le PDG de Sony Music, Denis Handlin, étaient également présents dans l'assemblée.

Les éloges funèbres ont été lues par les membres de la famille.

Bradley Horsburgh et David Albert ont qualifié Young d'un "homme calme, humble et discret", selon ABC. La famille Albert [ndlr: de Albert Productions, un des labels du groupe] a géré AC/DC pendant plus de quatre décennies. Horsburgh a également décrit le défunt guitariste comme un fan de football et de films de comédies muets.

Une des guitares de Malcolm Young a également été transportée dans l'église pour la cérémonie. Ensuite Angus l'a placée sur le cercueil, selon l'Australian Associated Press (AAP).

Des médiators portant la date de naissance et de mort de Young ont été distribués avec le programme de la cérémonie.

Après le service funèbre, un groupe de cornemuses a joué un medley de chansons au moment de la sortie du cortège de St Mary, comprenant le solo de guitare du titre "It's A Long Way To The Top" du groupe de Malcolm Young, "Waltzing Matilda" et "Road To Gundagai", deux célèbres chansons folk australiennes.

Angus, maintenant seul membre original d'AC/DC encore actif, n'a pas révélé s'il avait l'intention de continuer le groupe.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://funkyjunction.forumgratuit.be
Ted
Admin
avatar

Messages : 9496
Date d'inscription : 21/06/2012
Age : 59

MessageSujet: Re: AC/DC   Mer 29 Nov - 8:39

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://funkyjunction.forumgratuit.be
Kilou

avatar

Messages : 2480
Date d'inscription : 24/09/2015
Age : 50
Localisation : Fuckin' Nice

MessageSujet: Re: AC/DC   Mer 29 Nov - 10:46

Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ted
Admin
avatar

Messages : 9496
Date d'inscription : 21/06/2012
Age : 59

MessageSujet: Re: AC/DC   Mer 29 Nov - 11:08

Franchement je me demande a quoi Angus peut bien penser.. Crying or Very sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://funkyjunction.forumgratuit.be
Kilou

avatar

Messages : 2480
Date d'inscription : 24/09/2015
Age : 50
Localisation : Fuckin' Nice

MessageSujet: Re: AC/DC   Mer 29 Nov - 11:40

Il est dévasté le pauvre, ses 2 frangins en trois semaines...c' est affreux Crying or Very sad Crying or Very sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PCH29

avatar

Messages : 1816
Date d'inscription : 10/09/2015
Age : 54
Localisation : BOUT DE LA TERRE

MessageSujet: Re: AC/DC   Mer 29 Nov - 20:28

respectons leur peine
no comment
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PCH29

avatar

Messages : 1816
Date d'inscription : 10/09/2015
Age : 54
Localisation : BOUT DE LA TERRE

MessageSujet: Re: AC/DC   Mer 6 Déc - 20:04



Malcolm a raté une carrière de footballeur lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phil

avatar

Messages : 5132
Date d'inscription : 10/01/2013
Age : 55

MessageSujet: Re: AC/DC   Dim 17 Déc - 10:36

Phil Lageat et « AC/DC Tours de France 1976-2014 : LES BONUS »
[ INTERVIEW ] METAL - Phil Lageat, AC/DC, AC/DC Tours de France 1976-2014 : LES BONUS
Mercredi 13 Décembre 2017 à 19h00, by Born666
Phil Lageat, AC/DC, AC/DC Tours de France 1976-2014 : LES BONUS

On avait interviewé Phil Lageat en 2014 pour la sortie du premier volume de « AC/DC Tours de France 1976-2014 ». Depuis la parution de ce premier tome, les auteurs, Philippe Lageat et Baptiste Brelet, sont repartis fouiller dans les archives poussiéreuses et en ont ressorti des centaines de nouvelles photos (pour la plupart totalement inédites et jamais publiées à ce jour) prises entre 1976 et 2014, ainsi que quelques interviews exclusives. « AC/DC Tours de France 1976-2014 : LES BONUS », le petit frère du premier livre, est disponible en librairie en version « standard », mais aussi dans une version « deluxe » limitée (ce tirage collector est accompagné de trois lithographies et d’un luxueux écrin) uniquement disponible sur www.acdclelivre.fr



Lionel / Born 666 : Dans l’édito de Rock Hard de novembre 2017, tu parlais du décès récent de George Young. Lors de la sortie de « AC/DC – Tours de France 1976-2014 », tu évoquais la maladie neuro-dégénérative de Malcolm. La semaine dernière, le « Riffmaker » est décédé. Qu’as-tu ressenti en apprenant cette nouvelle ?

Phil Lageat : Malcolm était malade depuis 2008, à minima. C’est cette année-là que sont apparus les premiers symptômes. Il s’agissait de pertes de mémoire. Des choses assez banales : il lui arrivait d’oublier son blouson en venant en studio ou, en atterrissant à Los Angeles, de dire à son frère Angus : « Je suis content qu’on soit enfin à la maison ! », alors qu’il habitait à Sydney. C’est donc à cette époque qu’Angus a commencé à comprendre qu’il se passait quelque chose, d’autant que Malcolm était d’ordinaire le mec le plus carré du groupe. Ce dernier agissait un peu comme un manager au sein même d’AC/DC. C’était celui qui organisait, qui prenait les décisions. Ses pertes de mémoire étaient ponctuelles, mais hélas, la maladie d’Alzheimer – car c’est bien de ça qu’il s’agit – est une maladie qui ne se soigne pas. Lorsque tu es diagnostiqué, ton temps est compté. Pour en revenir à la question initiale, j’ai donc été très triste, mais pas vraiment surpris.


AC/DC Tours de France 1976-2014 : LES BONUS


Lionel : On dit souvent que c’est une libération pour la famille…

Phil : Oui, en apprenant la triste nouvelle, j’ai bien sûr pensé à sa famille qui a pu ressentir son décès comme une forme de libération car l’accompagnement des malades d’Alzheimer est très lourd. Malcolm avait une fille et un fils, une femme, une sœur, des frères. Il était aussi celui dont j’étais le plus proche au sein du groupe. Nous sommes restés en contact au fil des ans, jusqu’en 2009 où Baptiste et moi avons profité du passage d’AC/DC sur Paris pour l’interviewer une dernière fois. C’est donc une part de ma vie qui s’en va. Comme je le dis dans le Rock Hard qui sort aujourd’hui, « ce n’était pas un membre de ma famille, même si, à bien y repenser, c’était tout comme… ».

Lionel : Un mot sur les obsèques de Malcolm dont certaines images sont parues dans la presse australienne : défilé de cornemuses à la sortie de l’église, Angus portant la guitare de son frère derrière le convoi funéraire, les membres d’AC/DC en larmes, etc.

Phil : J’étais assez partagé quant à ces images. Pas vraiment envie de m’y attarder. Il s’en dégage néanmoins beaucoup d’émotion, notamment quand on voit Angus portant la Gretsch fétiche de Malcolm qu’il va donner au « croque-mort » car elle va être enterrée avec son frère. Et puis, Brian Johnson, Phil Rudd, Cliff Williams et Stevie Young étaient par ailleurs présents à la cérémonie. Une journée détestable pour tous les fans de rock, certes, mais il y avait quand même cette petite lumière au bout du tunnel : les cinq d’AC/DC ensemble, apparemment soudés. On sait ce qui s’est passé avec Phil Rudd, puis avec Brian, ces dernières années. Depuis 2014, lorsqu’ils ont enregistré Rock Or Bust (puisque Phil n’a pas fait la tournée qui a suivi), c’était donc la première fois qu’ils se retrouvaient tous les cinq. Par-delà des différends, ils étaient là ! J’ai trouvé l’image et le symbole très forts.


AC/DC Tours de France 1976-2014 : LES BONUS


Lionel : Penses-tu qu’ils vont continuer ?

Phil : Je n’en sais rien. Ma conviction, c’est qu’Angus veut continuer.

Lionel : Des albums ?

Phil : Oui, je pense aussi. Et toujours sous le nom d’AC/DC.

Lionel : Pour les tournées aussi ?

Phil : De la même manière, c’est mon sentiment, une conviction, rien de plus. Je pense que si le physique d’Angus suit comme il a suivi sur la tournée précédente, il n’y a pas de raison qu’il s’arrête. Angus est le seul membre du groupe qui n’a raté aucun concert d’AC/DC sur toute sa carrière. Ce qui n’est pas le cas de Phil, de Malcolm, de Bon Scott de son vivant ou, bien sûr, de Brian. Il a donc une certaine légitimité à perpétuer le nom AC/DC. Et puis, il a peut-être fait une promesse à son frère Malcolm quand ce dernier était encore lucide. Si tant est que Mal ne lui ait pas lui-même demandé de continuer, coûte que coûte… Je pense donc que l’aventure va se poursuivre. Mais sous quelle forme et avec qui, je ne sais pas.

Lionel : Avec Axl Rose ? (rires)

Phil : Cet été, on a vu Angus jammer avec les Guns N’Roses en Europe et en Australie. Angus n’étant habituellement pas du genre démonstratif, on peut légitimement penser qu’Axl doit avoir un rôle à jouer dans ses futurs projets. Ce n’est, là encore, qu’une hypothèse de travail.

Lionel : Une amitié peut-être, pas que du business ?

Phil : Oui, je sais, de l’intérieur du groupe, qu’Angus s’entend très bien avec Axl, ce qui n’était pas gagné au départ. Déjà, Axl est un vrai fan d’AC/DC et de rock australien en général. Secundo, il a un humour qui est assez proche de celui d’Angus. Ils se sont trouvés, m’a-t-on dit. On peut en penser ce qu’on veut au niveau personnalité ou en tant que chanteur – et certains ne s’en privent pas – mais humainement, ça se passe bien entre Angus et lui.


AC/DC Tours de France 1976-2014 : LES BONUS


Lionel : Revenons maintenant à ces fameux Bonus que Baptiste, Vanessa et toi publiez aujourd’hui sous le titre « AC/DC Tours de France 1976-2014 : LES BONUS ». D’où vous est venue l’idée de publier un livre composé de bonus de la période 1976-2014 ?

Phil : L’idée d’origine était d’écrire la suite du premier livre en retraçant la période 2014/2017 car il s’est passé plein de choses durant ces quatre dernières années. C’en est arrivé à un point où, à un moment, on s’est même dit – je plaisante, évidemment – : ce n’est pas possible, ils font ça pour nous ! (rires) Beaucoup nous ont dit que nous n’aurions pas grand-chose à raconter dans un volume 2, mais il ne s’est jamais passé autant de trucs dans leur carrière que depuis 2014 !!! (rires) Plaisanterie mise à part, on a énormément avancé sur le volume II, qui va donc traiter du Rock Or Bust Tour, mais pas que… On a énormément de photos, d’interviews, beaucoup de matière. De quoi faire un troisième livre de 450/500 pages ! Nous étions donc partis là-dessus… Mais parallèlement, des fans nous ont envoyés de vieilles photos… Tu sais comment ça se passes : tu bosses sept ans sur un projet, les gens n’y croient pas trop parce que ça traine. Et puis, finalement, le premier livre sort et ces fans le trouvent super et se disent : « Mince, j’avais des trucs à vous passer ! ». Nous avons donc reçu du matériel supplémentaire relatif à la période 1976-2014. Et de notre côté, nous avons aussi retourné certaines pierres. Comme, par exemple, les archives de Paris Match. Ça a été une enquête de dingue pour parvenir à les localiser. Au début on voulait faire le Tome II Rock or Bust avec 100 pages de bonus. Bref, on s’est finalement retrouvés avec 300 pages de bonus. Comme nous ne voulions pas refaire un livre de 700 pages, nous avons finalement opté pour ce petit frère qui vient de sortir, LES BONUS, constitué de 300 pages. Dans un troisième et probablement dernier temps, nous publierons « le vrai » volume II consacré à la période 2014-2018 ou 2014-2019…


AC/DC Tours de France 1976-2014 : LES BONUS


Lionel : A l’époque de la sortie du premier volume, tu me parlais de Belges qui travaillaient sur le même concept que toi et Baptiste Brelet, à savoir les tournées d’AC/DC en Belgique…

Phil : J’ai l’impression que c’est hélas au point mort. Ils ont trouvé énormément de choses très belles, d’autant que le groupe y a réalisé certaines tournées comme celle de Let There Be Rock qui ne passaient pas par la France. Ils jouaient dans des bars et pas seulement dans des clubs. Il y a donc des archives et des photographes qui étaient là au départ pour shooter Rainbow, Black Sabbath, et qui s’intéressaient aussi aux premières parties. Il y a de très belles choses ! Ils ont donc beaucoup de documents pour sortir un livre, mais leur métier n’est pas d’écrire ni de s’occuper de la mise en page. Alors, ça traîne. J’espère néanmoins que ça se fera un jour.

Dans LES BONUS, nous retraçons néanmoins le troisième concert d’AC/DC avec Brian Johnson, à Arlon, en Belgique. C’est un fan suisse qui s’occupait d’un fan club « officieux » dans les années 80 qui m’a envoyé ces photos qu’on a retravaillées car elles étaient très abimées. Il s’agissait d’un concert frontalier, à 20 kilomètres de la France. Il y avait même de la publicité dans les magasins français, ce qui avait attiré de nombreux fans français. En publiant ces clichés incroyables, nous avons voulu rendre hommage à Brian Johnson : « On a même des photos de tes débuts où tu as joué devant une bonne moitié de fans français ! »

Lionel : (rire) Comptes-tu ouvrir maintenant une franchise dans chaque pays du monde pour travailler sur le passage d’AC/DC dans chacun de ces pays ?

Phil : Si j’étais un chat et que j’avais neuf vies, je ferais déjà un volume sur l’Allemagne car AC/DC y a fait beaucoup de choses, très tôt, mais aussi un sur l’Angleterre pour les mêmes raisons et un dernier sur l’Australie. Hélas, je n’ai pas le temps…

AC/DC Tours de France 1976-2014 : LES BONUS


Lionel : Et tu possèdes une méthodologie dans ton travail.

Phil : Beaucoup de recherches et de matériel inédit, voilà notre credo. Par exemple, si tu veux faire un bouquin sur les tournées d’AC/DC en Allemagne, tu peux compiler des photos déjà connues : ce sera rapide et facile. Mais aller chercher chaque concert, faire appel aux fans, nettoyer les documents, c’est plus compliqué. Reste que j’adorerais qu’on fasse des émules. Il y a un bouquin qui est sorti en Espagne, sur le même principe, mais il est assez léger, ce qui est dommage car j’ai, à ma disposition, de nombreux documents relatifs aux concerts espagnols qui ne figurent pas dans cet ouvrage qui ne va donc pas aussi loin que ce qu’on a fait…

Lionel : Sais-tu dans quels pays AC/DC n’a pas joué ?

Phil : La Chine, l’Afrique aussi…

Lionel : Depuis que les Bonus sont en vente, as-tu encore reçu du nouveau matériel ?

Phil : Oui, deux ou trois choses, mais pas de grande qualité. D’ailleurs, j’ai dit à Baptiste d’arrêter de chercher (rires). Lui pourrait chercher ad vitam aeternam, mais il faut qu’on se concentre maintenant sur le Rock Or Bust Tour et la suite… (rires) mais il ne m’écoute pas. Bon, d’un autre côté, si nous trouvons de sublimes photos d’AC/DC en première partie de Black Sabbath à Colmar, nous les glisserons évidemment à la fin de ce troisième tome !

Lionel : Qui sortira fin 2018, courant 2019 ?

Phil : Il est terminé au niveau des recherches. Au niveau de l’écriture, pas du tout. Nous avons toute la matière, reste une interview à finaliser. Et bien sûr, depuis quelques jours, un nouveau chapitre vient de s’ajouter, qui sera consacré au grand frère George et Malcolm, récemment disparus.

Lionel : Vos deux livres sont toujours en tête des ventes de livres rock. Où pouvons-nous les acheter ?

Phil : On peut trouver l’édition « standard » dans toutes les bonnes librairies. L’édition deluxe, avec un fourreau et trois lithographies exclusifs, ne sont disponibles que sur notre page : www.acdclelivre.fr Il y en reste 90 sur 2000. Cette édition deluxe est déjà un collector.

Lionel : Quels ont été tes trois meilleurs concerts d’AC/DC ?

Phil : Brest, forcément, le 23 janvier 1981. C’était la première fois que je voyais le groupe. La tournée Back In Black. On n’oublie jamais son premier concert ! La grosse caisse qui tape dans le cœur. Tu découvres la puissance de la musique live. Tout ce que j’avais lu dans Best et Rock & Folk prenait enfin vie devant mes yeux.

cAC/DC Tours de France 1976-2014 : LES BONUS


Lionel : C’était qui en première partie ?

Phil : Maggie Bell, une chanteuse écossaise signée sur le label de Led Zeppelin. À l’époque, elle s’était pris dans la tronche tout ce que les gens avaient sous la main, y compris des sandwichs ! (rires) Je l’ai d’ailleurs interviewée dans le Volume I et elle m’a dit que c’était le pire souvenir de sa carrière. Après, je dirais 1988, le 6 avril, au Zénith. Le groupe était dans sa passe assez dure, même si le passage le plus difficile avait été entre Flick of the Switch (1983) et Fly on the Wall (1985). Ils s’étaient ratés à Bercy quatre ans plus tôt et n’étaient donc pas passé en France en 1986 pour défendre Fly On The Wall. Et attendre quatre ans, à l’époque, c’était une éternité. On était 8.000 dans le Zénith que j’ai rarement vu aussi blindé, même par la suite. Les 8.000 derniers fidèles. Ça chantait du début à la fin, une très, très grosse ambiance. Pas forcément le meilleur concert que j’ai vu, mais j’en garde le souvenir d’une communion.

Lionel : Et à la batterie il y avait qui ?

Phil : Simon Wright…

Lionel : Et les stades ?

Phil : Stade de France 2001. Pourquoi ? Parce que c’était le premier groupe de hard rock à jouer au Stade de France. Parce que le stade était complet alors que nombreux étaient ceux qui pensaient qu’ils n’allaient pas réussir à le remplir. Parce qu’il faisait beau.

Lionel : Ils portaient le maillot de l’équipe de France de foot (la France avait été championne du Monde de football en 1998) ?

Phil : Oui, Brian commence le concert avec le maillot de l’équipe de France. Et ils terminent sur un « Ride On » complètement inespéré. C’est la seule fois, à ma connaissance, qu’ils ont joué ce titre live durant les années Brian Johnson. Dans les années Bon Scott, ça s’est peut-être produit, mais je n’en ai jamais entendu parler. AC/DC qui joue un morceau après « For Those About To Rock », c’était génial. Une consécration. Et d’une certaine façon, je l’ai aussi pris pour une victoire personnelle, très immodestement, car en 1984, mes potes qui me disaient, en écoutant Metallica : « Arrête avec ta merde ! ». Mais moi, je suis toujours resté fidèle même quand le groupe était dans le creux de la vague.

Lionel : C’est vrai que dans Enfer Magazine, Brian était surnommé Corbeau Braillard…

Phil : Ou la Casquette Hurlante. Moi, je n’aime pas brûler mes idoles. Je reste fidèle. Je n’arrive pas à renier ce que j’ai aimé dans le passé.


Lionel : A part avec les Rolling Stones est-ce qu’AC/DC a fait des reprises ?

Phil : Au départ, ils faisaient beaucoup de reprises. Leur set était basé sur quelques morceaux originaux de Malcolm et le reste de reprises : Free, les Stones, les Beatles. C’était en 1974, après ils ont arrêté, exception faite de « Scholl Days » (Chuck Berry) et « Baby Plaese Don’t Go » (Big Bill Broonzy). Ensuite, quand ils étaient amis avec un groupe, ils pouvaient aller taper le bœuf sur une reprise comme ils l’ont fait avec Cheap Trick (« Johnny Be Goode »), avec Rose Tattoo, les Angels, etc. Toujours des morceaux des pionniers, le rock’n’roll des 50’s. A la fin de la tournée européenne Back in Black, à Bruxelles, ils ont interprété « Lucille » de Little Richard afin de célébrer la fin de la tournée.

AC/DC Tours de France 1976-2014 : LES BONUS


Lionel : Penses-tu que les festivals de cet été vont rendre hommage à Malcolm ?

Phil : Je n’en ai franchement aucune idée. Ce serait Angus, je te dirais « oui ». Dans la tête des gens, AC/DC c’est à 95% Angus Young car il est l’image du groupe.

Lionel : Faut dire que, dans 20 Minutes, ils ont parlé, à l’occasion de son décès, des 20 meilleurs solos de Malcolm (rires)…

Phil : Dans le Télégramme de Brest, ils ont mis une photo d’Angus… Mais bon, il faut quand même être un gros fan du groupe pour savoir à quel point le rôle de Malcom était important, tant au niveau musical – l’architecture, les riffs – qu’au niveau de la vision du groupe… Il y a des groupes qui vont faire des reprises. Ça a déjà commencé : Death Angel a fait « Dog Eat Dog », Jimmy Barnes « High Voltage », les Foo Fighters « Rocker », etc. Mais bon Dave Grohl joue un morceau dès qu’un musicien décède (rire général). Après, je ne suis pas persuadé que ça ira très loin car Malcolm a toujours cultivé une certaine discrétion et n’était donc pas aussi emblématique qu’un Lemmy ou un Ozzy.

Source : La Grosse Radio




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phil

avatar

Messages : 5132
Date d'inscription : 10/01/2013
Age : 55

MessageSujet: Re: AC/DC   Dim 17 Déc - 15:20

Message des auteurs du livre :

DERNIER RAPPEL !
Il nous reste moins de 60 exemplaires de l'édition DELUXE du livre « AC/DC Tours de France 1976-2014 : LES BONUS ».
TOUTE COMMANDE PASSÉE JUSQU'AU 20 DECEMBRE SERA REÇUE POUR NOËL.
Si vous ne l'avez pas encore, ne ratez pas l'ultime occasion de rafler ce parfait cadeau de Noël !

CE QU'AC/DC EN PENSE...

BRIAN JOHNSON
Quel SUPERBE livre ! Je n'ai pas assez de mots pour vous remercier ! Je lui ai donné une place de choix dans mon bar. Santé !


CHRIS SLADE
J'adore ce nouveau livre et je suis amoureux de l'étui de son édition Deluxe !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ted
Admin
avatar

Messages : 9496
Date d'inscription : 21/06/2012
Age : 59

MessageSujet: Re: AC/DC   Mar 2 Jan - 23:42

Joe Elliott, le leader de DEF LEPPARD, a avoué qu'il n'appréciait pas beaucoup la manière dont AC/DC a remplacé aussi rapidement son chanteur par Axl Rose.

Souvenez-vous, alors qu'il réunissait le line-up original de Guns 'N Roses, Axl Rose a rejoint l'année passée AC/DC en remplacement de Brian Johnson qui souffrait de problèmes d'audition.

Lors d'une interview dans l'émission Life In The Stocks, le chanteur de Def Leppard explique: "Je n'aurais pas fait cela de cette manière."

"Je ne peux pas parler au nom d'Angus Young ni de son équipe, et je ne connais pas les raisons de ce remplacement. Mais nous avons nous aussi du faire face à un tel problème lorsque notre batteur a perdu son bras, et nous l'avons attendu. Je n'aurais donc pas fait les chose comme AC/DC."
Rick Allen a rejoint Def leppard en tant que batteur en 1979 alors qu'il n'avait que 15 ans. Il a perdu son bras dans un accident de voiture au Nouvel An 5 ans plus tard.

Le groupe a alors décidé de ne pas le remplacer et de l'attendre jusqu'à ce qu'il réapprenne à jouer avec une batterie adaptée. Il est toujours avec Def Leppard depuis lors.

Ces derniers connaissent d'ailleurs bien AC/DC puisqu'ils ont fait leurs premières parties fin des années 70.

Cependant, Joe Elliot trouve qu'Axl Rose ne s'en est pas mal sorti avec le groupe d'Angus Young: "j'ai vu quelques vidéos et je pense qu'il a fait du bon travail," en ajoutant qu'on sait qu'Axl Rose a toujours été fan d'AC/DC.

Brian Johnson n'était pas le premier chanteur d'AC/DC. Bon Scott assumait ce rôle sur les six premiers albums du groupe jusqu'à sa mort en 1980. Il remplaçait lui-même Dave Evans, qui apparaît uniquement sur le premier single.

Joe Elliott avoue dans l'interview être un grand fan de l'ère "Brian Johnson", et explique que le dernier line-up de la tournée de l'année passée "n'était plus vraiment AC/DC", en ajoutant: "c'était juste Angus et les quatre autres." Source c21
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://funkyjunction.forumgratuit.be
Kilou

avatar

Messages : 2480
Date d'inscription : 24/09/2015
Age : 50
Localisation : Fuckin' Nice

MessageSujet: Re: AC/DC   Mer 3 Jan - 16:14

"What do you do for money honey" Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ted
Admin
avatar

Messages : 9496
Date d'inscription : 21/06/2012
Age : 59

MessageSujet: Re: AC/DC   Sam 13 Jan - 9:57

mmmmmmmmmmmmmmmmmm.... bravo


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://funkyjunction.forumgratuit.be
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: AC/DC   

Revenir en haut Aller en bas
 
AC/DC
Revenir en haut 
Page 11 sur 11Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 9, 10, 11

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
FUNKY JUNCTION :: PARLONS MUSIQUE :: ARTISTES ET GROUPES DIVERS-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: